Archives du mot-clé élections

Vrac d’Avril vaincra tous les périls

Difficile de le nier, j’ai salement écourté Février et royalement ignoré Mars.
Bon je me doutais bien que tenir le rythme de la photo par jour (surtout en essayant de l’accompagner d’un minimum de texte) serait compliqué mais au final ce qui a achevé mon bel élan plein de motivation c’est que je me suis heurtée à un thème qui ne m’inspirait franchement pas. Et au lieu de m’octroyer le droit de faire une entorse au règlement, au lieu de simplement passer sur ce thème et continuer ensuite normalement, au lieu éventuellement de le remplacer par une autre photo de mon choix, je me suis butée, entêtée et j’ai finalement boudé le reste du February Photo a Day.
Après ça je me suis sentie bêtement coupable (envers qui, quoi ? Le mystère reste entier) et paf, plus de post.

Mais bon, c’est le printemps après tout, y a un rayon de soleil dans mon salon, A Forest dans mes enceintes, et ça me gratte du côté du clavier. Alors, hop, je déclare officiellement terminée la Grande Bouderie de Février 2012.
Ouais, comme ça.
Et du coup je déclare officiellement ouvert le Grand Vrac d’Avril 2012, dans la plus pure tradition Words Falling Apart (voir iciici, iciici ou encore  ou ).

En vrac, comme beaucoup, la campagne présidentielle m’a à peu près autant passionnée qu’un remake Moldave du Gendarme à Saint Tropez. Mais demain je vais lever mon petit cul et aller coller mon bulletin dans l’urne. Et d’une parce que je *refuse* d’avoir quelque responsabilité que ce soit dans une éventuelle réélection du petit Nico (on se souviendra qu’il y a 5 ans déjà, Nico et moi, c’était pas l’amour fou), et de deux parce que mon crédo de base c’est qu’en démocratie, soit on fait son devoir de citoyen, soit on ferme sa gueule. Et comme j’aime bien l’ouvrir et que je l’ai plutôt grande, je fais ce qu’il faut pour être en paix avec ma conscience.

En vrac, je suis absolument fascinée par l’entourloupe Marketing qui a consistée à renommer le Parti Communiste Français en « Front de Gauche » et du même coup faire oublier à un gros paquet de monde qui seraient les gens qui nous gouverneraient si Mélenchon venait à gagner. Selon les sondages y a quand même plus de 6 millions d’électeurs qui se sont fait avoir par le tour de passe-passe et là je dis RESPECT (pas à ceux qui se sont fait berner hein, juste à l’équipe de communication de Front de Gauche. Les mecs, sérieusement, reconvertissez vous dans la vente de tapis ou de frigos, vous allez faire un carton).

En vrac, j’ai découvert qu’une adaptation cinématographique de « La Stratégie Ender » (alias Ender’s Game) est en cours et j’ai bien failli me faire pipi dessus de joie. Surtout qu’Orson Scott Card est co-auteur du scénario, qu’Harrison Ford jouera le Colonel Graff et que Ben Kingsley sera Mazer Rackham. Quand on sait qu’Orson Scott Card est mon auteur favori et que La Stratégie Ender est mon roman préféré de cet auteur, on comprend mieux mes difficultés à contrôler ma vessie.

En vrac, tant qu’on est dans les bouquins, il *faut* lire Elliot du Néant de David Calvo, à La Volte. Parce que c’est beau et poétique, parce que c’est à la fois simple et compliqué, parce qu’il y a des tortues et des macareux, parce qu’on y découvre qu’il y a un univers entier entre le mur et la tapisserie, parce que l’imaginaire de David est fou, d’une folie douce et belle qu’on aimerait posséder soi même, parce que de temps en temps il y a des livres qui redonnent envie d’écrire et que celui ci en fait partie.

En vrac, même si j’ai rarement autant bossé qu’en ce moment, même si les journées sont trop courtes, même si les week ends n’en sont pas vraiment, même si j’ai désespérément besoin de vacances, en vrai ça faisait un sacré bail que la vie n’avait pas été aussi belle, pendant aussi longtemps, et ça fait un bien incroyable, croyez moi.