Archives mensuelles : mars 2013

La Dictature TL;DR

tldr

Ça faisait un moment que le sujet me traînait dans un coin de tête.
Et puis ce week end, il y a eu la publication du dossier de Mar_Lard sur le sexisme dans la communauté geek. Je n’évoquerai pas ici le fond du papier, je n’ai pas encore vraiment fini de le digérer et de réfléchir à ce que j’en pense vraiment, point par point, mais je vous invite à le lire. En entier. Malgré sa longueur.
Oui, ça vous demandera un effort et une poignée de dizaines de minutes de votre vie. Oui, l’article fait près de 130 000 signes. Oui, c’est long et ce sont de gros pavés de texte et c’est pas toujours hyper évident à lire sur un écran. Mais, qu’on soit au final d’accord ou non avec le propos de l’auteure, le sujet mérite qu’on se penche dessus de façon aussi détaillée.

Ça faisait un moment que le sujet me traînait dans un coin de tête.
Et puis ce week end, l’armée des tl;dr a débarqué, une nouvelle fois. La tête haute, brandissant fièrement son acronyme, la meute de tous ces gens qui revendiquent leur paresse intellectuelle et en ont fait un super hype way of life.
Je n’arrive pas à comprendre.
Qu’on décide qu’on ne souhaite pas investir son précieux temps dans la lecture d’un article ou d’un commentaire jugé trop long, soit. Chacun est libre de son temps. Mais qu’on en soit fier au point de le jeter à la gueule de ceux qui, de leur côté, ont pris le temps d’écrire, de structurer une pensée, de la proposer au public, ça me dépasse.
La dictature de la pensée pré-digérée, pré-synthétisée, l’avis définitif en 140 caractères, l’érection d’une capacité d’attention maximale de 30 secondes en parangon de vertu, je suis désolée, je n’y arrive pas.
La transformation de la paresse intellectuelle, du désintérêt pour tout avis construit et argumenté, du mépris de l’autre, en quelque chose d’assez positif pour qu’on soit FIER de l’exprimer, ça fait pour moi partie des cancers qui gangrènent actuellement le net.
Si je commence à lire quelque chose et que le sujet ne m’intéresse pas assez pour aller au bout de l’article, ou si je n’en ai tout simplement pas le temps, très bien, je passe mon chemin. Ah ben oui, mais non, on est sur le web chérie, tout le monde a le droit d’exprimer son avis, et comme c’est franchement compliqué de le faire sur quelque chose qu’on a pas lu, qu’à cela ne tienne, hop, section commentaires, 5 petits caractères, tl;dr, paf, on clique sur envoyer, youpi, c’est ça le participatif, je peux laisser ma chiure intellectuelle sur le mur de n’importe qui, youpi ! Ah et puis je vais le tweeter aussi, parce que le monde DOIT savoir que je suis hyper fier de refuser de faire le moindre effort pour lire une information qui n’a pas été pré-formatée pour convenir à mon cerveau atrophié.

Ça faisait un moment que le sujet me traînait dans un coin de tête, et comme vous pouvez le voir, il m’agace *légèrement*.

NB : pour ceux qui ont jusque là été épargnés par le phénomène, TL;DR signifie « Too Long; Didn’t Read »

Rush hour

Oui bon ok.
Il est 23h50 et j’ai pas encore écrit mon post du jour.
Oui mais j’ai une bonne excuse !
Je voulais faire un post sur la Thaïlande, vous raconter que j’y retourne dans 3 semaines, que j’ai méga hâte, pas seulement parce que ça fait une éternité que j’ai pas pris de vacances, pas seulement parce que je suis complètement accro à ce pays, mais aussi, et surtout, parce que je suis excitée comme une puce à l’idée que je vais enfin pouvoir le faire découvrir à l’homme que j’aime et à cause de qui, depuis 2 ans, quand les gens me font remarquer combien j’ai l’air en forme et épanouie, je peux répondre avec un petit sourire satisfait « C’est le bonheur, tu sais, ça a un effet incroyable ».
Donc je voulais vous faire un post sur la Thaïlande et aussi sur le bonheur, tout ça, et en fait je me suis mise à chercher une photo de Bangkok dans mes archives pour illustrer l’article, et puis paf, il est une heure plus tard, j’ai pas su me décider pour la photo et maintenant il faut poster, vite, vite, sinon j’ai perdu mon challenge (oui bon d’accord, vous me direz, je l’avais perdu avant même de le commencer puisque j’ai raté les 3 premiers jours, mais ne chipotons pas, maintenant que je suis lancée, je tente de m’y tenir).

Bref, promis, un meilleur post demain.
Ou pas.

Back 2 blog.. ou pas

Bon, autant le dire tout de suite, c’est pas gagné cette histoire.
Quand, dimanche dernier, Stéphanie Booth a lancé sur Twitter le challenge « Back to Blogging», je me suis dit que ça serait une bonne façon de reprendre du service ici.
Parce que bon, mine de rien, presque un an sans post, quand même.
Dans la seconde qui a suivi, je me suis aussi dit qu’il était franchement fort peu probable que j’arrive à tenir le rythme d’un post par jour, pendant 10 jours, principe même du challenge. Ben oui quoi, je suis salement rouillée côté blogging.
Mais qu’à cela ne tienne, j’ai quand même signé pour l’aventure.
Sauf que.
Sauf qu’on est au 4ème jour et que ceci est mon premier post. Du coup, avant même d’avoir commencé, j’avais déjà échoué. Si ça c’est pas du talent.
Oh bien sur, j’ai des tas de bonnes raisons. Trop de boulot, pas assez de temps, la vague angoisse de la feuille blanche, la question du « mais qu’est-ce que tu dis à quelqu’un à qui tu n’as pas parlé depuis près d’un an ? ».
En vrai j’ai pas des tas de bonnes raisons, j’ai juste des tas de bonnes excuses.
Mais ce qui est étrange, c’est que ça fait 3 jours que je me sens vaguement coupable. Et que j’essaye de comprendre pourquoi.
Après tout, oui, ça fait près d’un an que j’ai pas posté, et même avant ça, mon rythme était plus que sporadique, on est loin, très loin, de l’époque des 3 posts par jour, de l’envie de prendre la pensée ou l’évènement le plus anodin et d’en faire un post de 10 000 signes. On est loin, très loin, de l’enthousiasme délirant d’il y a plus de 10 ans, quand j’étais persuadée que la moindre de mes pensées était si passionnante qu’elle méritait d’être partagée avec le Monde Entier.
Et pourtant, je n’arrive pas à lâcher définitivement prise. Je n’arrive pas à m’avouer que, non, je ne suis plus une blogueuse.

Alors voilà, avec 3 jours de retard, je me lance. Un post par jour, pendant 10 jours.
Et si je n’y arrive pas, je ferme, rideau, définitivement….

… jusqu’à la prochaine crise de blogging.