Respawn

Vieux tshirt troué et caleçon de garçon, les cheveux en bataille approximativement fourrés dans un élastique, à genoux sur le parquet, je récure.
TooL crache ses tripes dans mes enceintes pendant que je trie, que je range, que je lave, que je nettoie, méthodiquement, frénétiquement même, sans doute.
Peu à peu l’appartement redevient ce lieu de vie que j’ai voulu taillé sur mesure pour moi, et rien que pour moi. La lumière entre à flots par les fenêtres grandes ouvertes, et à chaque fois que je me relève je ne peux m’empêcher d’adresser un petit clin d’oeil à la meringue du Sacré Coeur, témoin silencieux de toute cette agitation soudaine.
Cisco, qui, effrayé par le rugissement de l’aspirateur, avait commencé par se terrer sous le canapé, fini par me montrer son approbation de l’assainissement de *son* territoire et s’étale de tout son long dans une flaque de soleil.

Plus tard, une fois ce ménage là terminé, c’est mon corps que je récure. Ma peau que je gomme, que j’étrille, grimaçant à peine sous la morsure du gant de crin, savourant cette sensation de nettoyer mon âme en même temps que mon corps.

Plus de deux ans à porter sur moi les souillures de la trahison, la crasse du mensonge et de la désillusion.
Il suffit.
Se laver, comme pour la première fois depuis tout ce temps.
Secouer les épaules et accepter de vivre, à nouveau.
Renaître.

2 réflexions au sujet de « Respawn »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>